fbpx

Littérature de femmes tunisiennes

0 out of 5

Cet ouvrage issu de nos activités d’interprète du texte littéraire et de stylisticien ne s’intitule pas « La littérature féminine tunisienne » ni « la littérature des
femmes tunisiennes ».

Il s’intitule plutôt « Littérature de femmes tunisiennes ». Titre nullement prétentieux qu’on pourrait paraphraser ainsi « Ecrits littéraires de (quelques/plusieurs) femmes de Tunisie ».

C’est que nous ne prétendons pas pouvoir présenter ici toute la littérature, plurielle, des écrivaines tunisiennes. maintenant fort nombreuses et très différentes les unes des autres tant au niveau de la langue choisie (l’arabe ou le dialecte tunisien ou le français ou encore l’anglais) qu’au niveau des thèmes traités, des genres retenus et du style, naturellement personnel et singulier.

Notre intention est simplement de présenter quelques bons échantillons de la production littéraire des femmes de Tunisie afin de donner aux lecteurs une idée de cette production qui, après un long combat contre le machisme et l’exclusion, a fini par s’imposer sur la scène éditoriale, littéraire, culturelle et médiatique et à s’introduire dans le domaine de la recherche scientifique et universitaire.

 

Catégorie Rdha Boukhris

Description

Vient de paraître chez Contraste Éditions un livre du professeur Ridha Bourkhis sur La littérature des femmes tunisiennes.
Ce livre présente et analyse les romans, autobiographies, livres de poésie et recueils de nouvelles écrits par 26 écrivaines tunisiennes essentiellement arabophones mais francophones aussi, jeunes et moins jeunes, très connues ou peu connues par les lecteurs.
Ridha BOURKHIS est Professeur de l’Enseignement Supérieur en titre. Il est écrivain, chercheur et critique littéraire.
Il est l’auteur de plusieurs livres publiés surtout en Tunisie, en France et en Belgique. Des « Mélanges » ont été publié en France pour lui rendre hommage : « La vie est un poème : mélanges offerts au Professeur Ridha Bourkhis » (Paris, L’Harmattan, 2022, dir. Giovanni Dotoli et Georges de Rivas).